Peuple de Chèvre – Les Yamaany

Chevre

On raconte que les Yamaany vivaient sur les hauts plateaux de la chaîne des Ömnöd, au sud du Grand Océan. Les vastes pâturages verts où ils laissaient paître leurs troupeaux de chèvres étaient sous la protection de Nogoon, qui veille sur la nature et ses enfants. Les hommes et femmes du Peuple de Chèvre étaient de nature paisible, versés dans la maîtrise des arts et la connaissance des choses. Pendant leur temps libre, les hommes aimaient jouer aux osselets alors que les femmes jouaient à la balle.

Dans l’Enclave, le lait fermenté de chèvre qu’ils produisent est en vente dans toutes les bonnes auberges. Traditionnellement, lorsque les Yamaany sont suffisamment ivres, ils se lancent dans des chants alternés : quelqu’un improvise une chanson et une autre personne doit lui répondre de la même manière. Taivan Zamaar, le cœur administratif du Peuple de Chèvre, se trouve au centre de l’Enclave. Des lanternes éclairent les ruelles la nuit, alors que les uns se rendent chez les autres pour jouer et raconter des histoires de l’ancien temps. Rares sont les peuples qui se souviennent aussi bien de leurs traditions et de leurs légendes que celui de Chèvre.

C‘est le Qan, le roi, qui gouverne les Yamaany. Il ne s’agit pas d’une charge héréditaire et la durée du mandat est aléatoire : quand un Qan est nouvellement nommé, les autres conseillers le mettent sur une litière de feutre en lui faisant faire neuf tours devant ses sujets. Ils serrent ensuite son cou avec une bande de soie ; le Qan prononce alors quelques paroles incompréhensibles que l’on interprète pour connaître la longueur de son règne. De nos jours, son rôle se limite à ce que les intérêts de son peuple soient respectés au sein de l’Enclave.

L‘esprit ouvert des Yamaany leur a fait intégrer de nombreuses divinités étrangères à leurs légendes, et leurs temples sont riches de peaux peintes contant les relations unissant leurs kami protecteurs aux autres. Selon eux, Khonichin est le père de tous les autres, même de Nar et de Sar, le soleil et la lune. Des érudits des autres peuples font souvent le voyage pour visiter leurs bibliothèques où leurs multiples savoirs sont soigneusement gardés.

1FC_4467- Photo Frédéric Coune

POUR UN PEU D’INSPIRATION : MODE DU PEUPLE DE LA CHEVRE

Les Valeurs

Les valeurs des peuples sont là pour vous aider à comprendre les principales lignes comportementales des onze peuples en question. Les onze cultures sont plus ou moins différentes et les habitants de l’Enclave ne réagiront pas de la même façon à des situations similaires, principalement à cause de ces valeurs. Ainsi, un Mori confronté à une attaque surprise n’aura pas le même comportement qu’un Meikô ou un Jiatù.

Les tendances sociales

Les tendances sociales permettent de présenter en un graphique l’importance donnée par un peuple à différentes axes : diplomatie, spiritualité, combat, érudition, artisanat… Il ne s’agit aucunement d’une proportion en nombre de personnes au sein du peuple, mais plutôt de ce qui est plus ou moins important pour chaque personne de ce peuple. Ici, par exemple, on peut voir que les Chèvres accordent une importance presque égale à tous ces axes.