Peuple de Sanglier – Les Kiraware

Sanglier

D‘après les Kiraware, leur peuple fut autrefois persécuté et repoussé jusqu’aux limites des terres habitables. Là-bas, les conditions de vie difficiles et la sauvagerie de la nature leur apprirent le respect des esprits et la nécessité d’être forts. Les survivants des tribus se rassemblèrent pour n’en former qu’une, puissante et indestructible, dirigée par le Yûshô, un guerrier-chamane.

Lors de l’arrivée de la brume, le peuple de Sanglier ne montra aucune crainte : leur grande divinité, Kurayami, les protégeait des ténèbres depuis des siècles déjà. À la création de l’Enclave, les Kiraware s’installèrent au plus près de la barrière magique, priant les kami de leur laisser un accès vers l’extérieur qu’ils protégeraient eux-même. Aucun autre peuple ne connaît l’emplacement de ce passage, ni même s’il existe réellement. On raconte que régulièrement, les guerriers de Sanglier sortent de l’Enclave la nuit et chassent les Yôkai et les hommes rendus fous par la brume pour se nourrir de leur foie et acquérir leur puissance. Ils constituent d’ailleurs l’élite des pisteurs pour les “expéditions brumeuses “.

Bien que leurs us et coutumes inquiètent la plupart des autres habitants de l’Enclave qui évitent de se rendre sur leurs terres, les Kiraware sont appréciés pour le travail du bois, de l’os et de la corne qu’ils fournissent et de nombreuses pièces de décoration des temples, habits et autres accessoires sont souvent commandés auprès de leurs artisans. C’est également un peuple de chasseurs, qui travaille souvent en relation étroite avec le peuple de Chien. 

Kurayami, leur protecteur principal, est un ours immense au pelage noir comme la nuit qui gouverne les ténèbres et les Yôkai. Il les accompagne lors de leurs chasses nocturnes depuis la nuit des temps, les protégeant de la folie et des maladies. Les Kiraware lui vouent un culte particulier et il se raconte dans l’Enclave que leurs rituels sont souvent sanglants. Le peuple de Sanglier vénère aussi Hotoke, qui garde la porte vers le monde des défunts. Lorsqu’un Kiraware meurt, ses proches se partagent ses différents organes, puis le corps est lavé et brûlé pour que l’âme puisse être guidée par Hotoke.

1FC_4814- Photo Frédéric Coune

POUR UN PEU D’INSPIRATION : MODE DU PEUPLE DU SANGLIER

Les Valeurs

Les valeurs des peuples sont là pour vous aider à comprendre les principales lignes comportementales des onze peuples en question. Les onze cultures sont plus ou moins différentes et les habitants de l’Enclave ne réagiront pas de la même façon à des situations similaires, principalement à cause de ces valeurs. Ainsi, un Mori confronté à une attaque surprise n’aura pas le même comportement qu’un Meikô ou un Jiatù.

Les tendances sociales

Les tendances sociales permettent de présenter en un graphique l’importance donnée par un peuple à différentes axes : diplomatie, spiritualité, combat, érudition, artisanat… Il ne s’agit aucunement d’une proportion en nombre de personnes au sein du peuple, mais plutôt de ce qui est plus ou moins important pour chaque personne de ce peuple. Ici, par exemple, on peut voir que les Sangliers accordent une importance capitale à la Spiritualité, puis à l’Artisanat.