Peuple de Singe – Les Houzi

Singe

« La chance poursuit les heureux ». Ce vieux dicton décrit à la perfection le mode de vie des Houzi. Amusement, distraction, stimulation : le peuple de Singe ne désire rien d’autre que les réjouissances à tout-va.

D‘après eux, les Houzi étaient originaires des hauts-plateaux du Gao Yuàn aux abords du lac Po Yang, où ils se rendirent maîtres dans l’art de l’agriculture en exploitant au mieux leur agilité et aptitudes acrobatiques. Ainsi naquirent les Yuàn Gua, véritables jardins suspendus aux centaines de variétés dont le Taozi, fruit ambré regorgeant d’alcool une fois fermenté, qui était considéré comme un met divin extrêmement prisé lors des grandes fêtes.

Tout était prétexte aux festivités, depuis la célébration d’un mariage jusqu’à l’exécution de la justice en passant par la victoire aussi bien que la défaite d’une bataille contre un clan adverse.

Aujourd’hui, les Houzi n’ont pas perdu le sens de la fête. Bien que l’Enclave l’ait privé de sa liberté de mouvement, le peuple du Singe continue de faire contre mauvaise fortune bon cœur et les Houzi sont, à ce titre, considérés comme des amuseurs publics, ménestrels ou autres saltimbanques. Curieux par nature, ils s’intéressent à tout. Ce désir de connaissances et d’expériences font d’eux des partenaires amusants et passionnants. Cependant, leur insouciance et leur manque de moralité peuvent leur jouer des tours ainsi qu’à leur entourage. “Il y a du singe dans l’air” est devenu un adage populaire dans l’Enclave lorsqu’une bagarre est sur le point d’éclater.

De nature plutôt pacifiste et enjouée, les Houzi n’en sont pas moins de redoutables combattants lorsque la situation l’exige. Leur imprévisibilité déstabilise plus d’un adversaire, et d’avantage encore lorsqu’ils sont sous l’emprise de l’alcool de Taozi, qui semble décupler leurs forces et les rendre invulnérables. De nombreux brigands en ont fait les frais alors qu’ils pensaient pouvoir facilement détrousser un Houzi ivre titubant à la sortie d’une taverne…

Les festivités religieuses Houzi sont impressionnantes et réputées dans toute l’Enclave. L’alcool y coule à flot, les chants et danses sont tantôt lents, tantôt frénétiques et endiablés ; de nombreux jeux et défis sont organisés pour vénérer Bài Jiu, le kami des alcools, Tiào Wu, celui de la danse, Wànxiao celui des bons mots et des plaisanteries, Sun Wukong, celui de la force et de la rapidité… Ces fêtes sont également l’occasion pour les Houzi de se remémorer leur histoire à travers les chants, danses, pièces de théatre burlesques ou spectacles de marionnettes.

1FC_5145- Photo Frédéric Coune

POUR UN PEU D’INSPIRATION : MODE DU PEUPLE DU SINGE

Les Valeurs

Les valeurs des peuples sont là pour vous aider à comprendre les principales lignes comportementales des onze peuples en question. Les onze cultures sont plus ou moins différentes et les habitants de l’Enclave ne réagiront pas de la même façon à des situations similaires, principalement à cause de ces valeurs. Ainsi, un Mori confronté à une attaque surprise n’aura pas le même comportement qu’un Meikô ou un Jiatù.

Les tendances sociales

Les tendances sociales permettent de présenter en un graphique l’importance donnée par un peuple à différentes axes : diplomatie, spiritualité, combat, érudition, artisanat… Il ne s’agit aucunement d’une proportion en nombre de personnes au sein du peuple, mais plutôt de ce qui est plus ou moins important pour chaque personne de ce peuple. Ici, par exemple, on peut voir que les Singes accordent de l’importance au Combat prioritairement, puis à la Spiritualité et à l’Artisanat.